Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Les événements qui secouent le monde et la démocratie sénégalaise

Posté par: Djibril ndiaye| Mardi 18 septembre, 2012 21:04  | Consulté 2546 fois  |  3 Réactions  |   
  Les événements qui secouent le monde ne peuvent pas nous laisser indifférents, parce que le monde se résume à un téléphone portable où les médias sociaux jouent un rôle extrêmement important. Nous sommes interpellés à mieux comprendre nos valeurs socio culturelles qui sont à la base de notre démocratie pour mieux prévenir les troubles culturelles de ce monde.   Personne n'est à l'abri de ce qui se passe depuis le Nord du Mali jusqu'au pays Arabes et Musulmans. Une vague de violence difficile à contrôler et on ne sait pas à quand la fin. Des gouvernements complètement en mal avec leur peuple pour des raisons qui les concernent tous...... Si nous voulons mieux comprendre ce monde et notre démocratie il est important de faire des études sur nos valeurs socio culturelles. Nous avons une responsabilité de comprendre le fondement de notre démocratie, son évolution et sa "maturité". Des études approfondies et bien balancées doivent être développées pour mieux comprendre l'enseignement de la non violence développé par nos pères fondateurs aussi bien traditionnels et religieux. Comment consolider les acquis et vulgariser notre démocratie en dehors de nos frontières pour le bien de l'humanité. Un de ces grands défis est comment utiliser la "maturité" de cette démocratie pour atteindre le développement?  La prospérité qui ne peut exister sans la paix intérieure, sera le "marketing point" de notre démocratie. Notre fierté d'appartenir à la culture sénégalaise sans fanatisme nous montre que notre culture religieuse et traditionnelle a  des limites et des défauts qu'il faut améliorer. Nos détracteurs vont toujours mettre en relief ces manquements pour nous prouver que rien n'est encore acquis ou bien même essayer de défaire l'histoire devant nos propres yeux. Ils vont nous faire croire que nous sommes allés un peu loin. Comment se fait il que la non violence a été développé par nos guides religieux avant Gandhi et les autres et il est passé comme lettre morte. Parce que nous ne sommes pas développés économiquement. Nous n'avons pas d'autres choix que de prendre le bateau qui rame vers le  vrai développement. La diaspora qui est présente dans beaucoup de pays économiquement développés et démocratiquement avancés a une responsabilité et aussi, elle l'assument dans le développement du Sénégal. Mais nous voulons un engagement plus approfondi de la diaspora, avec nos frères qui ont gardé et améliorer jalousement notre démocratie pour que nos enfants un jour auront un libre choix de vivre et travailler dans un Sénégal développé. Les médias sociaux qui sont très utilisées pour combattre ou développer une idéologie sont à maîtriser. La technologie de l'information doit être aussi importante que l'agriculture comme priorité. Une stratégie à court et long terme pour l'éducation et la formation doit être développée par des experts patriotes choisis et bien sélectionnés où la diaspora va jouer un rôle de plus value.   La maîtrise de la technologie de l'information associée à la valorisation de nos cultures traditionnelles et religieuses vont nous accompagner à un vrai développement ou l'homme sera libre mais avec des outils nécessaires pour naviguer dans ce nouveau monde.   Djibril Ndiaye Ph.D membre fondateur de l'APR yaakaar section Manhattan New York  Émail ndiayedjibril9@gmail.com Tel 646 571 7677   
 L'auteur  djibril ndiaye
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Commentaires: (3)
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Citoyen En Septembre, 2012 (00:21 AM) 0 FansN°:1
Sauvons nos universités publiques du naufrage Malgré les moyens substantiels mis à la disposition de l'enseignement supérieur de notre pays, les résultats sont qualitativement et quantitativement loin des normes de l'UNESCO. Nos instituions d'enseignement supérieur ont surtout un problème de management (mal gouvernance, corruption, népotisme, dépenses de prestige, gestion solitaire en lieu et place de la gestion démocratique et légale, non respect des lois et des règlements, etc.) avec la complicité active ou passive de la communauté universitaire (avantages indus, intimidations, etc.), des autorités étatiques qui, jusqu'à présent, feignent de ne rien savoir (n'ont-ils pas les moyens de savoir ce qui se passe ?) pour éviter la confrontation avec ceux (les amis politiques !) qu'ils ont nommé à la tête de ses structures et qui agissent parfois comme des monarques en gérant la chose publique à leur guise. Face à la démission de l’État, nos universités croulent sous le poids de dettes dues aux créanciers (banques, hôpitaux, Sonatel, Senelec, SDE, fournisseurs divers) et chaque corporation s'évertue de demander toujours plus pour « améliorer ses conditions d'existence » et parfois au détriment de la communauté. Ainsi donc, la crise est donc une conséquence logique de l'inaction de l’État. En effet quand les dirigeants (nommés par les autorités) gèrent la chose publique en dehors des normes établies sans être inquiétés le moindre du...
Citoyen En Septembre, 2012 (00:22 AM) 0 FansN°:2
monde (pour ne pas dire promus à des stations plus juteuses), les syndicats demanderont des chosent hors normes et c'est le début du CHAOS. A l’État de faire l'état de la gestion de ceux qu'il a nommé, punir ceux qui se sont montrés indélicats et récompenser les autres, ensuite il serait facile de demander aux syndicalistes de faire preuve de mesure et enfin sévir dans le respect de la loi si de besoin. Il est temps de restaurer l’État de droit (et donc des devoirs) ; il est indispensable, avant toute promotion, d'étudier sérieusement la gestion présente et passée du pressenti. L’État ne peut continuer à protéger et promouvoir ceux qui mettent à genoux nos institutions d'enseignement supérieur et jeter en pâture les syndicats. Je pense que les responsabilités sont partagées. Des assises de l’Éducation avec ceux qui bloquent le système pour des raisons personnelles ou émotives ne serviraient à rien, je proposent des assises des anciens (Recteurs, Professeurs ou hauts cadres à la retraites) du système pour faire des propositions objectives. Il est souvent difficile d'être juge et parti.
Ethnique En Septembre, 2012 (09:03 AM) 0 FansN°:3
Il m'arrive rarement d'intervenir sur les blogs, mais ce que j'ai vu ce matin dans les rues de la capitale Française m'a plus que choqué. En effet, des affiches collées sur les pancartes publicitaires, ainsi que sur les bus RATP (équivalavent Dakar Dem Dic) montrent une femme européenne, ainsi qu'une noire (probablement sénégalaise) à la peau complètement dépigmentée pour vendre des séjours au Sénégal. Ce voyagiste (groupe Tui/ Marmara) n'a aucun respect pour la peau noire et de plus encourage certaines de nos soeurs pas très conscientes du danger de ces produits, à se dépigmenter la peau. Il serait temps que la valorisation de la peau noire soit un état d'esprit et un combat pour tous les africains

Ajouter un commentaire

 
 
djibril ndiaye
Blog crée le 09/05/2012 Visité 442161 fois 63 Articles 10719 Commentaires 25 Abonnés

Posts recents
Souvenirs et mémoire de nos jeunes héros perdus dans L\'Océan Atlantique et la Méditerranée.
Le baobab et les pangols 
Une solution radicale pour combattre le terrorisme 
Les partis communistes dans l\ évolution de notre démocratie
When foreign aid become an investment
Commentaires recents
Les plus populaires